66 views
 owned this note
:::warning Ce document est contributif. Pour l'éditer vous pouvez passer en mode édition : This document is contributory. To edit it you can switch to edit mode [**<i class="fa fa-edit fa-fw"></i>**](https://pad.public.cat/offdem-o2-index?edit)/[**<i class="fa fa-columns fa-fw"></i>**](https://pad.public.cat/offdem-o2-index?both) * Si vous n'êtes pas à l'aise avec la syntaxe markdown, ce [tutoriel](https://pad.numerique-en-commun.fr/utiliser-codimd?view) est à votre disposition. * If you are not comfortable with markdown syntax, this [tutorial](https://www.markdownguide.org/basic-syntax/) is for you. ::: # [OFFDEM O₂] Peer to peer assembly <center> #### tl;dr: we bring together developers, service providers, collectives and citizens to further cooperation in the space of peer-to-peer group collaboration. </center> ![Picture of notes taken](https://pad.public.cat/uploads/f680f7bbfca283aa4e7a87908.jpg) <center> ## >>> [Retour au pad annuaire : Back to Index](https://pad.public.cat/offdem-o2-index) <<< </center> --- [TOC] --- :::success **Un petit mot d'ambiance :** Cette session est celle où l'on a pu découvrir le plus de projets et de communautés différentes pendant cet OFFDEM O₂ ! Faire assemblée, c'est aussi apprendre à se connaître les un·e·s les autres. ::: #### tl;dr : nous rassemblons des développeurs, des fournisseurs de services, des collectifs et des citoyens pour faire avancer la coopération dans l'espace de collaboration de groupe pair à pair. ## 10 years ago : Des temps difficiles Il y a 10 ans, une réunion ad hoc s'est tenue à Berlin pendant la biennale d'art contemporain, rassemblant les acteurs des projets de logiciels libres de messagerie pair-à-pair et de protection de la vie privée par conception. Une douzaine de personnes de divers horizons se sont réunies dans différents espaces de la ville, pour discuter des problèmes auxquels nous étions toutes et tous confrontés à l'époque. L'un des problèmes récurrents rencontrés par tous les collectifs était la difficulté de financer le développement. J'ai été témoin de la misère dans le milieu ou se retrouvent les personnes intéressés par les questions numériques associées à la protection de la vie privée, à Berlin et ailleurs, de mes propres yeux. Des gens brillants, avec peu ou pas de revenus, se débrouillant à peine, essayant de faire face à un système de surveillance de plus en plus pressant et à une paranoïa parfois fondée pour ceux qui travaillaient sur les projets les plus « dangereux ». Puis l'Apocalypse selon Snowden s'est abattue sur nous tous et nous avons été bénis par la lucidité - et non par la paranoïa : en effet, un système de surveillance global était bien à l'œuvre à l'échelle mondiale et avec une intensité dépassant nos attentes les plus folles. Nous étions soulagé·e·s et pensions que le grand public verrait le schéma de violence qui a accompagné l'essor d'Internet, suivant le schéma continu de violence et de domination qui a caractérisé notre « civilisation » pendant tant de siècles. Pourtant, après la vidéo _Collateral Murder_ et les centaines de milliers de fuites qui ont suivi, démontrant l'esprit qui sous-tend l'Empire et son étendue, même après les _Panama_ et _Pandora papers_, peu de choses ont changé et la majorité des gens semble être inconsciente de l'état réel du monde. L'engouement actuel pour l'Ukraine montre que les gens ont besoin de moyens pour collaborer ensemble sans interférence des autorités nationales, qu'elles soient locales ou étrangères : quand une guerre éclate, il est trop tard pour penser à une infrastructure de communication fiable. ## La recherche P2P a mûri Dix ans après cette réunion impromptue qui a montré notre fragilité et notre détermination, la question du financement semble moins pressante, car certains membres de la communauté ont profité du _boom_ indécent du Bitcoin, tandis que d'autres ont adopté le financement de l'Internet de Nouvelle Génération en Europe. La recherche sur le P2P a également permis de développer des logiciels de longue date, d'affiner leurs propriétés, de renforcer leur présence, de faire croître leurs communautés ; de mettre à disposition les moyens de résister à la censure, de partager des documents et de communiquer de manière anonyme, en d'autres termes : de fournir les moyens d'un réseau invisible, hors de portée des regards indiscrets - et certainement utilisé et abusé par des acteurs non coopératifs également. Pourtant, nous manquons encore de connaissances sur le travail des autres, et sur la manière de créer des liens entre les collaborations, les inspirations, et de rassembler les développeurs, les fournisseurs de services, les collectifs et les citoyens... ### Une anecdote à partager ? :::warning Tous les projets P2P du monde (et il n'y en a pas tant que ça) ne se connaissent pas entre eux. ::: ## Projets P2P présents aujourd'hui :::info **[irde.st](https://irde.st/)** est un projet de recherche qui vise à créer des outils pour le prochain Internet. Il construit une pile de réseau alternative basée sur des clés cryptographiques comme adresses. Sur le « bas » de la pile, il se lie à des pilotes spécifiques aux canaux d'un côté, et fournit une _API_ de _sockets_ sur le « haut » aux applications. Un _proxy_ pour les applications « _legacy IP_ » est également en cours de réalisation. Le routage que nous faisons est basé sur l'approche du vecteur de distance, comme vous le connaissez peut-être aussi de [B.A.T.M.A.N.](https://www.open-mesh.org), et nous avons quelques idées sur le routeur central du projet, qui est une sorte de banc d'essai où nous voulons expérimenter différentes approches de routage et des façons de construire des tables de routage distribuées de la manière la plus efficace possible. ::: :::info **[elrepo.io](https://elrepo.io/)** qui est construit sur [`libretroshare`](https://gitlab.com/elRepo.io/libretroshare). Fondamentalement, la connexion entre les pairs est directe, mais vous ne vous connectez directement qu'à des pairs de confiance. Ceux-ci se superposent généralement à vos amis lorsque vous et vos collaborateurs échangez une clé publique. En plus de cela, il existe de nombreux services. Service de courrier décentralisé, service de forum, canaux et _chat_, partage de fichiers, et nous avons le routage. Un type de routage anonyme utilisé pour transférer des données lorsque des personnes sont simultanément en ligne. Ensuite, nous avons GSX et GSX trans qui sont des mécanismes pour synchroniser l'état entre les pairs qui ne sont pas en ligne au même moment. En plus de ces deux services, nous avons toutes sortes de services destinés aux utilisateurs, comme le courrier, les forums, etc. Il utilise PGP pour l'identification des pairs, donc en gros vous échangez une clé publique PGP et vos amis entrent dans le réseau. ::: :::info Je peux parler un peu pour les absents. Nous avons des salutations de **Briar**, malheureusement l'un est sur une île et l'autre est en Angleterre... qui est aussi une île /s. Les autres, Tor network, ils étaient au premier OFFDEM, ils sont venus mais ils ne sont pas venus probablement parce que la plupart d'entre eux sont aux USA ou n'aiment pas utiliser des systèmes potentiellement identifiants comme les forums. GNUNet est coincé en Suisse. Ne voulant pas déménager dans le monde réel... Grotthoff de GNUNet est coincé en Suisse et ne veut pas en bouger. J'ai aussi eu des réponses amusantes comme « Je bougerai quand les événements reprendront ». Ouais, je... Je n'ai pas eu beaucoup de réponses de... Je n'ai pas trop insisté non plus, sur IPFS. Bien sûr, je n'ai pas contacté de CYBER... QUANTUM... BLOCKCHAIN. J'aime vraiment cette citation, « CYBER... QUANTUM... BLOCKCHAIN ». Daniel J. Bernstein était ici à Bruxelles pour un « _Privacy Camp_ », et était sur un panel à un moment donné et a juste explosé à ce sujet. C'était drôle. ::: :::info [**Futura Tropica**](https://futura-tropica.network/) Sarah : Salut ! Je m'appelle Sarah, je vis à Berlin et je suis originaire des États-Unis. Bref, j'ai travaillé sur un projet appelé [**Futura Tropica**](https://futura-tropica.network/) avec mon collaborateur de ???. Il s'agit d'un projet qu'il a initié en étant originaire des États-Unis. Lorsqu'il a présenté le concept qui l'intéressait, et bien, premièrement, comme il l'a dit, les tropiques ont toujours été en crise depuis des décennies, mais d'une manière ou d'une autre, ils ont toujours trouvé un moyen de contourner ces crises, de survivre et sont très résistants, en généralisant autour de la ceinture tropicale, mais en répétant simplement comment il peut voir ce projet au début. Il y a ça, et l'autre partie est, vous savez, habituellement, la technologie comme les médias sociaux et l'Internet et les choses liées aux ordinateurs sont normalement des idées qui sont développées dans le soi-disant nord global et ensuite importées vers le sud et en termes de comment les gens sont censés interagir avec et utiliser ces technologies, c'est que c'est toujours exporté vers le sud. Il s'agit d'un projet qu'il a conçu et dans lequel il voulait imaginer la conception d'un réseau d'égal à égal qui, au lieu de s'étendre du nord au sud, se développerait latéralement dans le sud en connectant différentes personnes sous les tropiques. Nous nous sommes associés parce que j'ai une expérience dans le domaine des réseaux, des réseaux hors ligne, de la technologie maillée, etc. Mon partenaire et moi avons un studio à Berlin avec notre autre partenaire, et tout notre travail est axé sur l'expérimentation de différentes parties du spectre électromagnétique, des protocoles Internet et de la technologie des réseaux, etc. Nous nous sommes associés parce que nous nous entendions bien et que je pouvais l'aider à mettre au point la technologie dont il avait la vision. Il s'agit d'un réseau de pair à pair qu'il a conçu visuellement et que j'ai construit techniquement et qui est actuellement déployé. Ce n'est pas du tout un projet terminé, il est en cours, mais il est actuellement déployé en (liste de pays). Nous étions en Martinique il y a quelques semaines pour y faire quelques recherches, nous allons en Ouganda et ensuite aux Philippines. Au fur et à mesure que nous visiterons ces endroits, nous déploierons plus de nœuds. Un nœud est pour l'instant un Raspberry Pi, qui exécute IPFS, ainsi qu'un profil VPN, et qui est supposé être connecté directement à un routeur ou à un stick de données mobiles. Chaque Pi fait tourner son propre serveur web et l'idée est que c'est un endroit où les gens peuvent en quelque sorte, comme la plupart d'entre nous, utiliser des services auto-hébergés pour servir leur propre contenu et leurs médias, mais il n'est accessible qu'au sein de ce réseau tropical dont l'accès est contrôlé de deux manières. La première consiste à utiliser la clé d'essaimage privée du réseau IPFS, qui est encore en quelque sorte expérimentale et il y a quelques limitations, mais moi ou peut-être Danja pouvons nous y mettre pour supporter la possibilité d'être membre de plusieurs réseaux privés. Ce que cela signifie, c'est que normalement, lorsque vous installez IPFS, vous faites partie du réseau IPFS, il y a tout un groupe de passerelles publiques, mais avec un réseau privé, vous définissez une passerelle (un nœud d'amorçage) et vous vous authentifiez avec elle par le biais d'une clé dite _swarm_. Quoi qu'il en soit, je peux conclure, mais l'essentiel est que nous avons été occupés à construire cette infrastructure en essayant de la mettre au point techniquement, elle fonctionne sur IPFS et il y a aussi une couche VPN, nous l'avons fait pour faciliter l'accès aux fichiers dynamiques à travers le réseau, car avec IPFS, chaque fois qu'il change, il obtient un nouveau hachage et cela peut devenir compliqué. Quoi qu'il en soit, c'est un réseau peer to peer expérimental que nous essayons de construire autour de la ceinture tropicale et il fait partie d'un plus grand projet appelé hackerisme magique, que nous développons avec un espace à Berlin appelé savi contemporary. Si quelqu'un est de Berlin ou y sera à l'automne, il y aura une démonstration. C'est le projet pour l'instant. Oh, et je veux dire ici, eh bien, j'ai apporté un tas de Pis avec moi et j'ai également un _testnet_ installé, qui est actuellement dans notre studio, mais j'ai été en fait - une chose que je veux vraiment résoudre, j'ai cherché différents services VPN décentralisés ou des installations auto-hébergées parce que pour l'instant la couche VPN est super centralisée, je dois générer un profil pour chaque personne qui veut entrer dans le réseau, mais toutes les solutions VPN que j'ai trouvées jusqu'à présent sont liées à la _blockchain_. Je cherche également un moyen de décentraliser le serveur DNS et de faire en sorte que les noms d'hôtes soient associés aux adresses IP. Tout cela dit que j'ai travaillé sur ce sujet et j'essaie de préparer quelque chose que nous pouvons vérifier demain. Quand je suis venu ici, j'étais en train de démonter certaines choses et pour l'instant c'est cassé. Demain, je pourrai vous montrer à quoi ça ressemble. Si quelqu'un peut recommander un DNS décentralisé ou un VPN qui ne sont pas connectés à la _blockchain_, faites-le moi savoir. [transcription interrompue...] ::: ## Discussion Suggestion - Nous pourrions créer une carte des projets et de leurs dépendances > Beaucoup de technologies ont des interdépendances qui ont été poussées par le capitalisme. Nous pourrions cartographier ces interdépendances et voir les alternatives. > À la question que j'ai posée aux librehosters, « où hébergez-vous votre matériel alternatif ? » - 80% ont mentionné Hetzner. - Si vous regardez le graphique des nœuds de sortie de TOR, beaucoup d'entre eux sont en Allemagne, et plus précisément à Hetzner. > Nous sommes en train de créer de nouveaux points de centralisation. > Ainsi, lorsque la question a été posée « qui utilise les logiciels peer to peer ». Je suis un peu surpris que tout le monde n'aie pas levé la main alors que beaucoup de gens utilisent peut-être des logiciels peer to peer sans le savoir. La plupart des logiciels de vidéoconférence WebRTC comme Zoom, Teams ou Jitsi sont tous des logiciels peer to peer. Bien sûr, avec un point centralisé pour la coordination, mais au final, la plupart du temps, les données vidéo ne passent pas par le serveur de Microsoft, car cela leur coûterait plus cher. Et dans un autre sens, lorsque j'utilise un logiciel peer to peer, c'est, dans ce cas, un logiciel libre, le partage de fichiers, les torrents, et ainsi de suite, et peut-être que les gens ne se souviennent plus que c'est aussi du peer to peer. Et aussi si je veux télécharger ubuntu ISO ou quelque chose alors il y a très probablement une option torrent. Et puis il ya aussi très souvent comme une transition fluide de peer to peer à l'Internet traditionnel, parce que par exemple il ya quelques années, j'ai été intéressé par la façon dont l'Internet fonctionne et a décidé de devenir un nœud Internet connu, donc j'ai mon propre matériel dans un centre de données où j'ai des connexions physiques à d'autres FAI, dont certains sont d'autres entités privées, et dans ce cas, je peux exécuter un ping sur l'Internet normal et en réalité, il sera également une sorte d'application peer to peer parce que j'ai exécuté une connexion physique à une autre personne qui gère un nœud Internet. Au cours des derniers mois, j'ai également eu l'idée que l'internet n'est peut-être pas centralisé par nature, mais que la façon dont nous l'utilisons l'est. Comme construire des technologies de routage pour permettre à l'Internet d'être décentralisé comme il l'était à l'origine. Parce que l'Internet n'est pas une grande chose, c'est un réseau de réseaux. Et si nous pouvons faire en sorte que les gens deviennent les noeuds de l'Internet, alors l'Internet est peer to peer. En réalité, les gens ne sont pas des pairs sur l'Internet, ils sont clients d'un fournisseur d'accès qui est le pair de l'Internet. Rendre plus facile de devenir un pair direct sur l'Internet aiderait la décentralisation. > Nous devons trouver de nouveaux moyens de nous connecter, car ils ne sont pas conçus pour cela. > L'Internet, en tant que concept plus large, peut utiliser les nouvelles technologies à cette fin. > A quand l'Internet post-DNS ? Les DNS sont utilisés pour la censure. Pourquoi ai-je besoin d'un DNS si je veux me connecter de l'autre côté du pont[^pont] ? [^pont]: le lieu que nous occupions à la KBC se trouvait à-côté d'un canal et nous traversions un pont pour nous y rendre. Il s'agit donc d'une savoir vernaculaire tout-à-fait local et non d'une image abstraite. > Il existe de nouvelles technologies dans ce sens, mais elles ne sont pas encore vraiment utilisables. > Les principes qui sous-tendent les DNS sont plutôt cool. La façon dont nous nous connectons ensemble est une question de confiance sociale, autant qu'une question technique. Tant que nous dépendrons des FAI, nous aurons ces problèmes. Nous devons devenir des FAI pour cette raison. Dans beaucoup d'endroits, il est vraiment difficile de devenir un ISP - et c'est pour une raison : cela donne du pouvoir aux gens. En fin de compte, tout se résume à la manière dont nous pouvons aider les gens à se mettre en réseau avec leurs voisins. Comment construire la couche de base du réseau ? Et nous construisons à partir de cela. Sinon, nous construisons sur de la merde. > Il y a beaucoup de pièces manquantes dans les différentes couches du réseau. La plupart du temps, les gens n'ont rien à foutre de certaines de ces couches, ils veulent juste communiquer avec leurs amis et ainsi de suite. > En France, nous avons la [fédération FFDN] (https://ffdn.org) avec [tous les FAI associés] (https://www.ffdn.org/en/members-fdn-federation), mais nous travaillons tous de la même manière au sein des fédérations. Nous avons (des mots français) qui... nous voulons partager cette connaissance mais pourquoi ne pas redémarrer ce que tout le monde veut ? Je ne sais pas si on veut vraiment construire un réseau communautaire, est-ce qu'il faut être un FAI aux yeux de l'État ? Je ne sais pas. C'est entre vous, votre réseau que vous construisez (avec du wifi, des câbles, peu importe), et RIPE. Et après avoir trouvé des connexions avec d'autres pairs, par exemple, un des projets que nous avons eu avec [AquileNet](https://aquilenet.fr) et [Bayonet](https://www.baionet.fr/), dans le sud de la France, à cet endroit vous avez la côte de la France, les montagnes, et la côte de l'Espagne, et à ce point de la mer vous pouvez peut-être vous connecter au wifi et ensuite entrer dans leur propre réseau ou partager les réseaux avec cela, nous connectons les réseaux, qu'est-ce que cela a à voir avec l'État ? Je ne sais pas. Après cela, vous avez aussi, à quel point par l'état vous êtes considéré comme un ISP ou bien de simples _geeks_ qui piratent dans leur garage. Toutes les lois et l'administration sociale et juridique ( ?) sont différentes, et cela nous ne pouvons pas vraiment le partager. Mais tout le reste, sans RIPE, et comment obtenir des IP, comment être enregistré comme un réseau Internet, tout cela, nous avons lu la documentation de nombreuses fois en France parce que nous avons environ 30 ou 40 FAI associatifs, et nous sommes vraiment heureux de la partager dans d'autres langues. Après tout, l'État n'est pas tellement dans ces lignes-là. La seule confrontation/communication que nous avons avec l'État, c'est le statut que nous avons. En tant qu'association, nous sommes déclarés comme association, et cela nous devons le déclarer à l'État. En fait, nous aurions pu être une entreprise ou autre chose, mais c'est juste pour avoir un statut légal. > En Allemagne, nous avons exactement la même chose avec RIPE pour obtenir des adresses IP, mais en plus, si vous avez un certain nombre d'utilisateurs, vous devez vous inscrire auprès de (quelque chose ???), qui est la police de l'Internet, l'agence allemande des réseaux, et ils s'assurent également que si vous avez un autre nombre d'utilisateurs, vous devez installer des boîtes d'espionnage et autres. Cela dépend donc vraiment de la taille du réseau. Par exemple, mon réseau n'est enregistré qu'auprès de RIPE et non du gouvernement, mais je n'ai pas non plus beaucoup de clients ou d'utilisateurs. Au moins en Allemagne, une fois que vous avez beaucoup d'utilisateurs, cela change, et vous devez également interagir avec le gouvernement. > D'ailleurs, n'avez-vous pas une sorte d'équipe juridique offensive en Allemagne pour gérer cela ? En France, nous avons cela avec des organisations comme La Quadrature du Net, Les Exégètes Amateurs... > Hum, le projet Freifunk a été confronté à certains de ces problèmes et il existe des solutions techniques si vous créez un VPN entre chaque participant au réseau, vous pouvez en quelque sorte contourner cela, je ne suis pas sûr de savoir comment cela fonctionne. En général, je ne me soucie pas vraiment d'être *légalement* un ISP, je pense que c'est sans importance. J'utilise les termes « nous devons devenir nos propres FAI » plus dans le sens où nous devons avoir le matériel. Tant que nous louons un câble à une entreprise de télécommunications, cela n'a pas d'importance, car nous sommes en aval des personnes qui décident du sort du réseau. Vous pouvez être dans une situation où vous pouvez aller dans les maisons et installer le câblage si vous êtes légalement un ISP, mais ce n'est pas techniquement nécessaire. Il est intéressant d'entendre parler de cette fédération ou association de FAI en France. > Pour référence : [Fédération des Fournisseurs d'Accès Internet Associatifs](https://www.ffdn.org/) > Pour moi, ce moment où nous voyons non seulement les personnes techniques mais plus le grand public voir le danger de perdre la communication avec certaines parties du monde, avec des coupures d'Internet, etc., je pense qu'à un moment donné, c'est à la fois problématique mais aussi une opportunité, où les gens peuvent combler le besoin de les créer à temps avec une infrastructure de télécommunication différente. D'après mon expérience, les réseaux communautaires ne naissent que pour des convictions politiques, ils survivent jusqu'à ce que celui qui administre les nœuds, ait un enfant, ou un changement de travail, ils survivent jusqu'au temps libre du participant. Alors que les réseaux qui sont nés là où il y a à la fois des valeurs éthiques et politiques et un besoin réel de communication, ces réseaux survivent pendant des années et des années et des enfants sont nés, les gens changent de travail, déménagent dans une autre ville, et le réseau continue. Cette situation peut être comme, l'opportunité qui crée le besoin, qui rend la réalité d'un réseau indépendant durable. Parce que c'est nécessaire, en fait, ce ne sont pas seulement les personnes conscientes qui disent (je ne sais pas). > Il y a ce problème avec Freifunk parce que chaque communauté change les protocoles de routage et d'accès au réseau : on ne peut pas passer d'un réseau à l'autre de manière transparente. > A propos des FAI indépendants en France, le premier FAI associatif est toujours là (depuis 1992). Nous avons vu de nombreux ISP naître et mourir. La plupart du travail n'est pas technique, ou administratif, la plupart du travail consiste à avoir une communauté pour le projet. Et c'est ainsi que l'on vit longtemps. > Je me demande toujours : qu'est-ce qui nous a empêché d'avoir des organisations plus soudées, plus étroitement liées, certaines organisations disparaissent après quelques années, à l'exception de CCC (sans compter COVID). Le fait que tout le monde utilise Hetzner est un autre problème. Si l'Ukraine-Russie devient l'Ukraine-UE-US, que se passe-t-il ? S'ils ferment OVH et Hetzner, nous sommes pratiquement hors ligne. > L'un des problèmes est que nous construisons des réseaux, nous nous connectons avec des gens comme nous, au lieu de penser localement. Vous devez parler à vos voisins, vos voisins voisins. Nous devons apprendre / nous apprendre cela. Dire aux gens dont l'Internet n'a pas encore été coupé : « Hé, regardez là-bas, ça peut arriver, voulez-vous travailler sur un projet communautaire ? ». > C'est d'ailleurs comme ça que la FFDN est née, au début c'était 15 gars qui buvaient des bières ensemble en disant qu'on devrait faire des trucs de réseau, et après, quand ils ont atteint 800 personnes, ils ont dit qu'il fallait arrêter ça. Nous ne voulons pas devenir une entreprise, mais nous sommes associés, alors nous devrions créer une fédération. Maintenant, chaque personne intéressée par l'un de nos fournisseurs d'accès à Internet, tant qu'il y a un lien géographique avec un certain endroit, nous redirigerons les gens vers cet endroit. Par exemple, s'ils sont intéressés par Aquilenet, nous les redirigerons vers nos amis de Nantes. Nous avons également des utilisateurs assez ouverts aux théories de la conspiration parfois. > Quand vous avez mentionné « Je me demande comment maintenir une communauté », j'ai pensé : « Faites une fête ! » tout comme le CCC. C'est très important. > Les fêtes du FFDN sont très importantes. > Mon expérience en matière de logiciels et de matériels ouverts remonte à plusieurs années. Les fêtes sont importantes. Mais il y a une partie de cela qui est « prêcher aux convertis » ; ils devraient apporter un aspect social à leurs systèmes. Rendre les choses accessibles, pas nécessairement les simplifier. Nous sommes toujours incapables d'offrir une partie accessible. Si quelqu'un veut accéder au toit, nous ne sommes pas capables de simplement le demander au lieu d'étudier comment y accéder pendant un an. Nous sommes toujours piégés par des idées telles que « Nous devons créer un nouveau protocole ». Ces idées sont des conversations riches, mais comment nous interconnecter réellement ? > Une partie de notre association n'est pas composée de techniciens, ils peuvent aussi être de bons frappeurs de porte : « hey, vous avez un beau toit, pouvons-nous mettre une antenne ici ? ». > Mais si la technologie est trop compliquée, vous ne pouvez pas embarquer les gens. Certains d'entre eux mettent un an à s'intégrer, et vous pouvez simplement embaucher quelqu'un pour cela. > Pour moi, quand j'ai déménagé, je n'ai pas pu démarrer un réseau Freifunk toute seule. Tant de documentation est non écrite, j'ai eu des conseils contradictoires. C'est essentiellement la façon dont nous nous organisons socialement. > Mag, tu ouvres un hackerspace près de Stockholm ? Ça a commencé comme quelque chose de significatif sur lequel travailler pour moi. Maintenant, nous sommes environ 5 personnes. Nous sommes en quelque sorte intéressés par l'auto-hébergement et le P2P. Pour moi, l'auto-hébergement concerne le serveur et le P2P d'autres choses. J'ai l'impression d'essayer d'aller dans 2 directions différentes. > Vous avez deux types de communautés différentes : 1. la petite équipe, étroitement connectée ; 2. celle dont vous avez besoin à l'échelle, avec des chiffres. Est-il possible de travailler sur les deux en même temps ? > Pour en revenir au DNS, il existe des alternatives, mais votre mère peut-elle déjà l'utiliser ? On peut aussi compter sur des relais humains : 1, 2, 3 personnes par villes. Nous sommes dans la situation de penser à des communautés et d'être présent pour faire de la médiation. Il y a toujours des gens qui sont là, et l'idée de personne ressource est probablement une interface plus utilisable. > Je fais partie de ces personnes qui ne sont pas très techniques, mais qui s'intéressent aux choses que nous pouvons utiliser. Nous contribuons d'un tiers-lieu, un laboratoire ouvert, et j'ai pensé à 4 choses qui peuvent aider : - La documentation, pas seulement les transcriptions mais faire vivre les projets et les actions à travers une documentation dynamique et collaborative ; - la convivialité : Il est important de se voir dans la vie réelle - à travers des rassemblements, des repas en commun, le bon traitement de nos pairs, etc ; - la transmission P2P et les opportunités d'apprentissage : prendre le temps d'accompagner nos pairs et donner à chacun la possibilité de transmettre à d'autres afin de ne pas dépendre de quelques personnes clés ; - la diversité : essayez d'avoir des personnes différentes pour être exposées à des points de vue différents. Soyez proactifs dans ce domaine. Merci de m'avoir appris tant de choses aujourd'hui, j'ai aussi eu du plaisir à apprendre tous ces nouveaux acronymes ! > Toujours la question de la diversité, nous sommes loin du compte mais nous essayons. > Dans le collectif des CHATONS, nous avons le même problème. Les gens qui hébergent leurs services dans des serveurs de messagerie n'ont pas le contrôle du serveur physique. Et ce n'est pas si difficile d'héberger son serveur physique dans un datacenter, ils peuvent le faire avec d'autres hébergeurs éthiques qui ont leur propre FAI, je pense que c'est peut-être le manque de conscience que nous pouvons le faire. Ou alors, qu'est-ce que c'est ? > Avec mes amis, nous ne sommes pas très portés sur les ordinateurs, mais même pour avoir du courrier chiffré, vous ne voulez pas être devant votre ordinateur quand il fait déjà partie de votre travail quotidien au bureau. Les gens veulent être dehors pendant leur temps libre. Dans le cadre d'un atelier sur les courriers électroniques chiffrés, j'essaie de trouver des alternatives au fait d'être devant un écran. Les gens ne sont PAS intéressés, ils savent qu'ils sont espionnés, c'est juste trop de travail pour des choses qui ressemblent déjà beaucoup à du travail (normal). Et les militants n'ont pas beaucoup de temps libre pour tout cela. L'hébergement d'e-mails, par exemple, est le service le plus difficile qui soit. > Quand le DNS de la Turquie a été interdit, les gens ont peint 8.8.8.8 (Google DNS) sur les murs, ok c'est Google mais c'était pour un besoin critique. Le partage de ressources militantes se fait aussi sur Instagram. Mais il y a un gros problème d'archivage sur ces plateformes. > Quelqu'un a-t-il utilisé [OpenNIC](https://www.opennic.org) ? Pour moi, il fallait une forme de gouvernance, également pour assurer la responsabilité. Il y a aussi eu [NameCoin](https://www.namecoin.org) avec une approche _blockchain_. Il y a aussi [GitZone](https://www.dyne.org/software/gitzone/), pour gérer une zone dans Git. > Il y a un appel pour un résolveur de DNS européen. (**À compléter demain**) >Il y a un site web appelé [Memory of the World](https://www.memoryoftheworld.org/), où les gens partagent leur bibliothèque [Calibre](https://calibre-ebook.com/). Mais vous êtes toujours dépendant du DNS, les flics peuvent toujours frapper à votre porte et vous faire un Aaron Swartz. > Je pense que ce qui est sous-jacent aux interfaces n'est pas important, les utilisateurs ne se soucient pas de la façon dont la requête est relayée. Par exemple, si je produis un contenu / une connaissance, chaque personne pourrait le recevoir sous la forme qu'elle préfère automatiquement. Mais je ne connais pas de travaux allant dans ce sens. Mais lorsque les développeurs se rencontrent, ils veulent parler des détails, parce que vous rencontrez des gens qui ont la capacité de discuter de cela. Par exemple, je vois des gens qui ont les mêmes objectifs et qui comparent leur pile technologique, mais qui se séparent au lieu de partager les efforts de ce qu'ils ont en commun : création d'une communauté, rédaction de documentation... Et nous nous habituons à avoir une grande plateforme qui s'occupe de tout, où par exemple une image postée sur Mastodon pourrait être envoyée à Pixelfed. Comme la philosophie UNIX. --- # English Version :::success **A word about the atmosphere:** This session was the one where we could discover the most different projects and communities during this OFFDEM O²! Coming together is also about getting to know each other. ::: --- ## 10 years ago : Hard times 10 years ago there was an ad-hoc meeting in Berlin during the art biennial gathering actors of the peer-to-peer messaging and privacy-by-design free software projects. A dozen people from various horizons gathered in different spaces around the city, discussing issues we were all facing at the time. One of the recurring issues faced by all collectives was the difficulty of funding development. I witnessed dire misery in the privacy community in Berlin and elsewhere with my own eyes. Brilliant people with few or no income barely afloat, trying to cope with an increasingly pressing surveillance system and sometimes well-founded paranoia for those who were working on the most “dangerous” projects. Then the Snowden Apocalypse descended upon us all and we were blessed with lucidity—not paranoia: indeed, a global surveillance system had been at work globally and with an intensity beyond our wildest expectations. We were relieved and thought that the general public would see the pattern of violence that accompanied the rise of the Internet, following the continuous pattern of violence and domination that characterized our ‘civilization’ for so many centuries. Yet, after the Collateral Murder video and the hundreds of thousands of leaks that followed demonstrating the spirit behind the Empire, and its extent, even after the Panama and Pandora papers, not much has changed, and the majority of the people seem to be oblivious about the actual state of the world. The ongoing craze about Ukraine shows that the people need ways of collaborating together without interference from national authorities, may they be local or foreign: when a war[1] breaks, it’s too late to think about reliable communication infrastructure. ## P2P research matured A decade after this impromptu meeting that showed our fragility and determination, the funding issue seems less pressing, as some in the community benefited from cashing in from the indecent Bitcoin boom, while others embraced the Next Generation Internet funding in Europe. P2P research has matured and long standing software as well, refining their properties, reinforcing their presence, growing their communities; making available the means to resist censorship, share documents and communicate anonymously, in other words: provide the means for out-of-sight networking beyond the reach of prying eyes—and certainly used and abused by uncooperative parties as well. Yet, we still lack knowledge about other people’s work, and how to bridge collaborations, inspirations, and bring together developers, service providers, collectives and citizens… ## Any takeaway to share ? :::warning All the P2P projects in the world (and there's not that many) don't know each other. ::: ## P2P projects present today :::info **[irde.st](https://irde.st/)** is a research project that aims to create tools for the next internet. It builds an alternative networking stack based on cryptographic keys as addresses. On the "bottom" of the it binds to channel-specific drivers on one side, and provides a socket API on the "top" to applications. A proxy for "legacy IP" applications is in the works too. The routing that we do is based on distance vector approach, as you might also know it from Batman, and we have some ideas of basically the core router of the project is the sort of test bench where we want to experiement with different routing approaches and ways of building distributed routing tables in the most efficient way possible. ::: :::info **[elrepo.io](https://elrepo.io/)** which is built on ??. Basically the connection between peers are direct but you connect directly only to trusted peers. These usually overlap with your friends when you and your collaborators exchange a public key. On top of that there are multiple services built. Decentralized mail service, forum service, channels & chat, file sharing, and we have ??? routing. An anonymous kind of routing used to transfer data when people are simultaneously online. Then we have GSX and GSX trans which are mechanisms to syncrhronise state between peers who are not online at the same time. On top of these two services we have all kinds of user facing services like mail, forums, etc. It uses PGP for peer identification, so basically you exchange a PGP public key and your friends get into the network. ::: :::info I can talk a bit for the absent. We have greetings from **Briar**, unfortunately one is on an island and the other is in England... which is also an island /s. The others, Tor network, they were at the first OFFDEM, they came but they didn't come probably because most of them are in the US or don't like to use potentially identifying systems like forums. GNUNet is stuck in Switzerland. Not wanting to move to actual... Grotthoff from GNUNet is stuck in Switzerland and didn't want to move. I also had some funny responses like "I will move when events are happening again." Yeah, I'm, I don't have much response from, well, I didn't try to hard, but from IPFS. Of course I didn't contact any quantum cyber blockchain thing. I really like this quote, "cyber quantum blockchain." Daniel Bernstein was here in Brussels for a privacy camp, and was on a panel at some point and just exploded about this. ::: :::info [**Futura Tropica**](https://futura-tropica.network/) Sarah: Hi! I'm Sarah, I live in Berlin and I'm from the states originally. Anyway, I've been working on this project called [**Futura Tropica**](https://futura-tropica.network/) with my collaborator from ???. It's a project he initiated being from the topics, when he presents the concept he's been interested in, well, number one, as he states the tropics have always been in a crisis for decades but somehow always find their way around these crisises, how to survive and are very resilient, generalizing around the tropical belt but still, just repeating how he can see that this project at first. There's that, and the other part is, you know, usually, technology like social media and the internet and things related to computers are normally ideas that are developed in the so-called global north and then imported down south and in terms of how people are expected to interact with and use these technologies is that it's always exported to the south. This is a project he concieved of where he wanted to imagine designing a peer to peer network which, instead of stretching from north to south, would grow laterally across the south connecting different people in the tropics. We paired up because I have a background in networking, offline networking, mesh technology, and such, me and my partner ??? have a studio in Berlin with our other partner ??? and all of our work is focused on experimenting with different parts of the electromagnetic spectrum and internet protocols and networking technology and such. He and I paired up because we got along well as people and I could help him build out the technology he had a vision for. It's a peer to peer network that he designed visually and I built technically that is currently deployed. It's not a finished project at all, it's ongoing, but currently deployed in (list of countries). We were just in martinique a few weeks ago to do some research there, we're going to Uganda and then the Phillipines. As we visit these places we'll be deploying more nodes. A node is for now a raspberry pi, that is running IPFS, and also a VPN profile, and is presumed to be connected directly to a router or a mobile data stick. Each Pi runs its own web server and the idea is that it's a place for people to sort of, like most of us use self-hosted services to serve our own content and media, but it's only accessible within this tropical network whose access is controlled by two ways. One is making use of the IPFS network private swarm key, which is still kind of experimental and there are some limitations, but me or maybe Danyah can whack in to support being able to support being a member of multiple private networks. What this means is that IPFS, normally when you install it you're part of the IPFS network, there's a whole group of public gateways, but with a private network you define one gateway (a bootstrap node) and you athenticate with that through a so-called swarm key. Anyway, I can wrap it up, but the gist of it is that we've been busy building out this infrastructure trying to work it out technically, it's running on IPFS and there's also a VPN layer, we did that to make it easy to access dynamic files through the network, since with IPFS every time it changes it gets a new hash and that can get complicated. Anyway, it's an experimental peer to peer network that we're trying to build around the tropical belt and it's part of a bigger project called magical hackerism, which we're developing with a space in berlin called savi contemporary. If anyone is from berlin or will be there in the fall there'll be a demonstration. That's the project so far. Oh, and I mean here, well, I brought up a bunch of pis with me and I also have a testnet installed, which is actually currently in our studio, but I've actually been-- one thing I really want to solve, I've been looking into different decentralized VPN services or self-hosted installations because right now the VPN layer is super centralized, I have to generate a profile for everyone who wants to get into the network but all of the VPN solutions I've been finding so far are related to blockchain. Also looking for a way to decentralize the DNS server and how we can get hostnames going associated with IP address. All that say that I've been working on this and I'm trying to prepare something that we can check out tomorrow. When I came down here I was in the middle of taking some things apart and right now it's broken. Tomorrow I can show you what it looks like. If anyone can recommend any decentralized DNS or VPN which are not connected to blockchain let me know. [transcription not complete...] ::: ## Discussion Suggestion - We could create a map of projects and their dependencies > A lot of technologies have interpendencies which were driven by capitalism. We could map these interdependencies and see alternatives. > At the question I asked, "where do you host your alternative stuff?" - 80% mentionned Hetzner. - If you look at the graph of TOR exit nodes, a lot of them are in Germany, and more precisely in Hetzner. > We're basically creating new points of centralisation. > So, when the question was asked "who is using peer to peer software". I'm a bit surprised that not everyone raised their hand when a lot of people are maybe using peer to peer software when they are not aware of it. Like most WebRTC video conferencing software like Zoom or Teams or Jitsi are all peer to peer. Of course with a centralized point for the coordination, but in the end the video data is most of the time not going through Microsoft's server, because that would be more expensive for them to do. And in another sense where I'm using peer to peer software is, in this case free software, file sharing, torrents, and so on, and like maybe people don't actually remember anymore that this is also peer to peer. And also if I want to download ubuntu ISO or something then there's most likely a torrent option. And then there's also very like fluent transition from peer to peer to the traditional internet, because for example some years ago I was interested in the way the internet works and decided to become a known internet node, so I have my own hardware in a datacenter where I have physical connections to other ISPs, some of which are other private entities, and in this case I can run a ping over the normal internet and in reality it will also be a kind of peer to peer application because I ran a physical connection to another person who runs an internet node. In the last few months I also kind of had the idea that maybe the internet is not actually inherently centralized, but the way we use it is. Like building routing technologies to make it possible to have the internet actually decentralized like it originally was. Because the internet is not one big thing, it's because it's a network of networks. And if we can make the people becoming the nodes in the internet, then the internet is peer to peer. Just now in reality the people are not peers in the internet, they are customers of an ISP which is the peer to the internet. Making it easier to become a direct peer on the internet would help decentralization. > We have to come up with new ways to connect, because they are not built for that. > The Internet as a broader concept can use new technologies to do that. > When do we do the post-DNS Internet ? DNS are used for censorship. Why do I need a DNS if I want to connect across the bridge. > There's new technologies aiming at that, but they aren't yet really usable. > The principles behind DNS are pretty cool. How we connect together is a social trust issue, as much as a technical issue. A> s long as we rely on ISP, we're going to have these issues. We have to become ISPs for that reason. In a lot of places, it is really hard to become an ISP - and that's for a reason: it gives power to the people. Ultimately, it comes down to how we can help people to network with their neighbors. How do we build the base layer of the network? And we build from that. Otherwise, we build on shit. > There are many missing pieces on different layers of the networking. Most of the day, the people don't give a fuck of some of these layers, they just want to communicate with their friends and so on. > In France, we have the [FFDN federation](https://ffdn.org) with [all of the associated ISPs](https://www.ffdn.org/en/members-fdn-federation), but we all work the same within the federations. We have (french words) which... we want to share this knowledge but why not reboot what everyone wants? I don't know if you really want to build a community network, do you need to be an ISP in the eyes of the state? I don't know. It's between you, your network that you build (with wifi, cables, whatever), and RIPE. And after finding connections with other peers, for example, one of the projects we had with [aquilenet](https://aquilenet.fr) and [bayonet](https://www.baionet.fr/), in the south of France, at this place you have the coast of france, the mountains, and the coast of spain, and at this point of the sea you can maybe connect to wifi and then enter their own network or sharing the networks with that, we are connecting networks, what does it have to do with the state? I don't know. After that, you have also, at which point by the state you are considered an ISP vs simple geeks hacking in their garage. All of the laws and social and legal administrative (?) are different, and this we cannot really share. But all the rest, without RIPE, and how to get some IPs, how to be registered as an internet network, all of this, we have read the documentation many times in France because we have about 30 or 40 associative ISPs, and we are really happy to share it in other languages. After all, the state is not that much in those lines. The only confrontation/communication we have with the state, it's all about the status we have. As an association, we are declared as an association, and this we have to declare to the state. In fact, we could have been a company or whatever else, but it's just to have a legal status. > Responding to exactly that: that probably differs from region to region because in germany we also have the exact same thing with RIPE to get IP addresses, but then in addition, if you have a certain number of users, you are required to sign up with (something), which is the internet police, the german networking agency, and then they also take care that if you have another certain number of users you are also required to install spyboxes and stuff. So it really depends on the size of the network, for example my network is only registered with RIPE and not the government, but I also don't have many customers or users. At least in Germany, once you have many users it changes, and you also have to interact with the government. > By the way, don't you have a kind of offensive legal team in germany to handle that? In France we have this with like La Quadrature du Net, Les Exégètes Amateurs... > Um, the fairfund (freifunk?) project faced some of these issues and there are technical workarounds if you like create a VPN between every network participant you can kind of get around that, I'm not sure how that works. In general I don't really care about *legally* being an ISP, I think that's kind of unimportant. I use the terms "we have to become our own ISPs" more in terms of we have to actually have the hardware. As long as we're renting a cable from a telecom, it doesn't matter, because we're downstream from the people who decide the fate of the network. You can be in a situation where you can go into houses and install wiring if you are legally an ISP, but that's not technically required. It's interesting to hear about this federation or association of ISPs in France. > For reference: [Fédération des Fournisseurs d'Accès Internet Associatifs](https://www.ffdn.org/) > For me, this moment where we see not only the technical people but more the general public see the danger of loosing communication with parts of the world, with internet cuts etc, I think at some point it's at the same time problematic but also an opportunity, where people can fill the need to create them in time with a different telecommunication infrastruture. In my experience, community networks are only born for political beliefs, they survive until the one who administred the nodes, a child, or change in work, they survive up until the participant's spare time. While the networks that are born where there is both ethical and political values and their actual need for communication, those networks survive for years and years and there have been children born, people change work, moving to another city, and the network keeps going on. This situation can be like, the opportunity that creates the need, that makes the reality of an independent network sustainable. Because it's needed, actually, it's not just concious people that say (don't know). > There is this problem about freifunk because they change routing protocols every (?) > About independent ISPs in France, the first associative ISP is still there (since 1992). We've seen many ISP rise, and die. Most of the work is not technical, or administrative, most work is about having a community for the project. And that's how you live a long time. > I'm always wondering : what has been keeping us from tighter organizations, more closely-linked, some organizations disappear after a few years, except CCC (not counting COVID). Everybody using Hetzner is another issue. If Ukraine-Russia becomes Ukraine-EU-US, what happens ? If they shut down OVH and Hetzner, we're basically offline. > One of the issue is that we build networks, we connect with people like us, instead of thinking locally. You need to talk to your neighbors, your neighbor neighbors. We need to learn / teach ourself this. Saying people whose Internet hasn't be shut down yet : "hey, look over there, this can happen, do you want to work on a community project ?". > That's actually how FFDN was born, at first it was 15 guys drinking beer together saying we should do network stuff, and afterwards, when they've reached 800 people, they said we need to stop this. We don't want to become a business, but we're associated, so we should create a federation. Now every person interested by one of our ISPs, as long as there's a geographical tie with some locally, we'll redirect people there. For example, they're interested in Aquilenet and we'll redirect them to our friends in Nantes. Also we have users quite open to conspiracy theories sometimes. > When you mentioned, "I wonder how to maintain a community", I thought: "Have a party!" just like CCC. It is very important. > FFDN parties are very important. > My experience with Open Software and Open Hardware goes back. Parties are important. But there is a part of it that is "preaching to the converted" ; they should bring a social aspect to their systems. Making things accessible, not necessarily simplifying it. We are still unable to offer an approachable part. If someone wants access to the roof, we're not able to just ask instead of studying how to get access for a year. We're always trapped with thinking such as "We need to make a new protocol". These ideas are rich conversations, but how do we actually interconnect? > Part of our association are not technicians, they can also be good door knockers : "hey, you have a nice roof, can we put an antenna here ?" > But if technology is too complicated, you can't onboard people. Some of them take a year to onboard, and you can just hire someone for that. > For me, when I moved, I couldn't start a freifunk network on my own. So much documentation is unwritten, I had contradictory advice. It's essentially how we socially organize. > Mag, you're opening a hackerspace near Stockholm ? It started as something meaningful to work on for me. Now, we're like 5 people. We're sort of interested in self-hosting stuff, P2P stuff. To me self-hosting is about server stuff and P2P is about different stuff. I feel I'm trying to go in 2 separate directions. > You've got two different speed of communities : - the small, closely connected team ; - the one you need at scale, with numbers. Is that possible to work on both at the same time ? > Getting back to DNS, there are some alternatives, but can your mother use it already? We can also count on human relays: 1,2,3 people per cities. We are in the situation of thinking of communities and being present to mediate. There is always people who are around, and the idea of ressource person is probably more usable interface. > I'm one of these people being not very technical, but interested in things we can use. We contribute to an open lab third place, I thought of 4 things that can help : - Documentation, not only transcriptions but keeping projects and actions alive through a dynamic and collaboritive documentation; - Conviviality : It's important to see one another in real life - through gatherings, eating together, well treating our peers, etc.; - P2P transmission and learning opprotunities : to take time to accompany our peers and to allow everyone the capability to transmit to others so it doesn't rely on a few key people; - Diversity: try to have different people to be exposed to different points of views. Be proactive in doing this. Thanks for teaching me so much today, I also had fun learning all these new acronyms! > Still the question of diversity, we're far away but trying. > In the collective of CHATONS, we have the same problem. Ppl who host there services in mail hosteur don't have the control over the physical serveur And it's not so difficult to host your physical serveur in a datacenter, they can do it with some other éthical hosters who have there own phi, I think maybe it's the lack of consciousness that we can do it. Or else, what is it? > With my friends, we're not much into computers, but even to have encrypted mail you don't want to be in front of your computer when it's already part of your office work daily. People want to be outside on their free time. Doing a workshop on encrypted emails, I try to find alternatives to being in front of screens. People are not NOT interested, they know they're being spied on, it's just too much work for stuff that already looks a lot like (regular) work. And militants don't have much spare time for all this. Hosting e-mails for exemple is like the hardest service ever. > When Turkey's DNS was barred, people painted 8.8.8.8 (Google DNS) on the walls, ok it's Google but it was for a critical need. Sharing militant resources happens also on Instagram. But there's a big archiving problem on those platforms. > Has anyone used OpenNIC ? For me, it needed some form of governance, also to ensure accountability. There has also been a NICoin with a blockchain approach. There's also GitZone, to manage a zone in Git. > There's a call for a EU DNS Resolver. (**To complete tomorrow**) >There's a website called Memory of the world, where people share their Calibre. But you're still dependant on DNS, the cops can still knock on your door and pull an Aaron Schwartz on you. > I think what's underlying interfaces is not important, users don't care how the request gets relayed. For example, if I produce a content / a knowledge, each person could recieve it in the form that they prefer automatically. But I don't know of any work going in that direction. But when developers meet they want to talk about the nitty gritty of it, because you meet people that have the capacity to discuss this. For example I see people with the same goals comparing their technology stack but then they split instead of sharing the efforts of stuff they have in common: community building, documentation writing... And we get used to have a big platform where it takes care of everything, where for example an image posted on Mastodon should be sent to pixelfed. Like the UNIX philosophy.[^up] [^up]: details of this proposal were posted in 2010, see <https://ps.zoethical.org/t/a-user-perspective-of-free-social-networking/2739> --- <center> ## >>> [Retour au pad annuaire : Back to Index](https://pad.public.cat/offdem-o2-index) <<< </center> --- <center> :::danger Ce document est régi par la [Licence Art Libre 1.3 (LAL 1.3)](https://artlibre.org/) par les participant⋅e⋅s OFFDEM O₂ 2022 This document is governed by the [Free Art License 1.3 (FAL 1.3)](https://artlibre.org/) By OFFDEM O₂ 2022 attendees ::: </center>