79 views
# Délier les langues pour relier les luttes _Causeries du CIRA, 5 mai 012023 HE_ ## Introduction Ce _pad_ servira, afin de faciliter la participation de nos amiz sourdz et malentendanz, à la prise de notes lors de l'intervention des _petites singularités_, avec Lë Agary et Alpheratz, au CIRA. https://thx.zoethical.org/pub/delier-les-langues-pour-relier-les-luttes ## Notes Finalement nous n'avons pas pris de notes. Nous ferons un retour... # Délier les langues pour relier les luttes _Atelier d'écriture à 1000 Bâbords, 6 mai 012023 HE_ ## Prémisses Nous avons lu la nouvelle _Eau-forte_ par Lë Agary et Eléa Ma, illustrée par Ddino et parue dans le [numéro 9 de l'Empaillé](https://lempaille.fr/category/numero-9-regional) (pages 36-37, rubrique « subversion littéraire »). ## Discussion ### _La_ « méthode » THX Issu de pratiques collectives usant de cartes, nous avons mis en place un processus visant à _ensemencer_ l'imaginaire par la provocation de collisions entre les attentes des participanz et l'émergence ; pratiquement, il s'agit dans un premier temps, autour d'une proposition commune de sujet d'écriture (annoncée quelques mois à l'avance), de recueillir des mots-clés, des images, des impressions qui seront marquées sur des « cartes » improvisées sur des papiers A7. Chaque participanz inscrit entre 5 et 10 cartes. Elles sont mélangées puis on opère à des tirages. L'ordre ou la procédure du tirage peut varier : cependant on se retrouve avec au-moins trois cartes qui endossent chacune un rôle : actaire, contexte ou événement. À partir de là, on tente d'imaginer la trame d'une histoire. Trois cas s'ouvrent : 1) un scénario apparaît ; 2) la combinaison des cartes montre un potentiel narratif mais nécessite _autre chose_ ; 3) la combinaison de cartes semble inintéressante aux participanz et est abandonnée. Dans le deuxième cas, on peut tirer une carte supplémentaire, « le singe », qui pourra accentuer l'un des rôles ou offrir un regard différent sur le tirage. Cela suffit généralement à débloquer une situation mais parfois pas : on peut ajouter une autre carte ou préférer faire un autre tirage. Les tirages retenus servent de base de travail, c'est-à-dire de contrainte pour l'écriture. Dès lors, on peut passer à une première étape d'écriture, durant laquelle chacan écrit une phrase, un paragraphe ou un passage durant quelques minutes en fonction de son inspiration. Ces premiers jets sont luz et commentés et on recommence... Chaque itération oriente les suivantes de sorte qu'un compromis se dégage, un fil apparaît, créant une trame ; des passages s'enchaînent, se répondent, s'ignorent... Les conversations qui « poussent » au fil des échanges et des jours qui passent permettent finalement à des récits _trans-individuels_ de voir le jour, où chaque voix personnelle peut s'exprimer tout en conservant ce _fil d'ariance_ entre les textes ainsi développés. Dans le cadre de l'atelier qui ne dure que quelques heures, on ne peut évidemment qu'effleurer les possibilités de cette approche. Nous pouvons tout de même tenter notre chance et espérer toucher l'_intrication quantique_ qui nourrit nos esprits. ### Tirage ![](https://pad.public.cat/uploads/03dcee2c-9ed4-4226-81c0-34c7eef2f126.png) #### Actaire Dessin : un champ d'éoliennes dans les montagnes #### Contexte Dessin : une Kalashnikov Texte : une arme de guerre de la période du capitalisme tardif, retrouvée par des enfants durant une session de pêche à l'aimant. ### Événement Deux cartes : SÆNS / Matière noire et univers gemellaire ? ## Écriture Les yeux de Nakoli brillèrent soudain lorsque le fil au bout de son aimant se tendit, effaçant les heures d'ennui qui avaient précédæ cette trouvaille. Bientôt touz les enfanz se rassemblèrent autour de l'objet que Nakoli, avec une intensité nouvelle, s'acharnait à déterrer. Il s'agissait d'un vieux morceau de métal rongé par la rouille, grand comme une jambe ou plus, lourd comme un sac au début d'un voyage. Al présentait une forme oblongue avec une partie fine et creuse comme un jeune bambou, qu'on pouvait imaginer régulière dans un passé lointain ; la rouille et le temps en avait effaçæ toute rectitude. L'artefact semblait équilibré autour de ce qui restait d'un ovale fin au centre duquel se dessinait un trait comme la pupille d'un oeil de chat. Les enfants se demandaient bien quel était cette chose, à quoi elle avait bien pu servir autrefois avant de se composter dans la terre sacrée de ces gigantesques fleurs de fer aux trois pétales entre lesquelles s'élevaient à présent la ville de cordes en hauteur pour échapper aux fauves et aux torrents qui innondaient régulièrement les hauts-plateaux. En était-ce le fruit ? ---- Ursul@ se tient au milieu des 8 enfants qui l'ont choisies comme parent'e. Iels sont assis en cercle autours de l'ancêtre au visage marqué par le temps. Iel prend une grande inspiration graveleuse, et commence sont récit : "Vous vous rappelez le tube en métal avec le manche que vous avez trouvé dans le fleuve lors de votre pêche à l'aimant de l'été dernier ? -Oui mépé, on se rappel bien !" Crie un des minots. Et bien c'est le moment que je vous explique à quoi servait cet objet. Ça y a très longtemps avant ma naissance, nos mondes était fort différent. Nos ancêtres n'avait qu'une obsession : fabriquer des ressources, puis se battre pour en avoir plus que les autres. Beaucoup de malheur durable ont été créé lors de cette époque, donc certain nous affectent encore aujourd'hui. Nos ancêtres été persuadé'es que fabriquer toujours plus d'objet infiniment, été le seule chemin possible pour l'humanité. C'était une époque de démesure, où tout le monde voulait toujours plus. -Est-ce que les grands moulins d'acier derrière la montagne date de cette époque mépé ? Demande le plus grands des enfants. -Oui oui, ce monde de démesure nécessité une grande quantité d’énergie. Ça fallait beaucoup de matière et d'énergie pour alimenter cette course effrénée. Les grands moulin de derrière la montagne fournissaient de l'énergie pour alimenter toute les machines de l'époque. Pour leurs construction, ça fallait de grande quantité de métaux rare, comme le cuivre que j'aime tant ». Ursul@ sort de sous son colle de veste une petite gemme brillante et rouge qu'iel montre aux enfants. « Ce cuivre qui m'accompagne, je doit le nettoyer fréquemment, grâce à des rituels d’apaisement et de purification, car il a un passé lourd entaché de sang. Pour fabriquer les moulins, certain'es de nos ancêtres sont allé.es piller, dominer, et écraser d'autres de nos ancêtres. Et lorsqu'iels ne se laissé'es par faire face à ces pillages, les autres les contraignaient par la force grâce notamment au tube en métal que vous avez trouvé. -Le tube en métal est un objet magique ? Comme ça marche ? Et ielles sont partie où ces méchant'es qui voulait tout le cuivre ? Demanda affolé un des bambins -Je ne sais pas si c'est on peut dire que c'est un objet magique, mais il fonctionne comme une arbalète mais en beaucoup plus dangereuse. Et ne t'inquiète pas, les méchants sont partie dans l'espace chercher d'autre planète à piller. Ça est très peu de chance qu'iels reviennent, car iels se sont perdu et ont fini dans un autre univers gemelaire au notre. Ça est très peu de chance qu'iels réussissent à revenir. -Mais pémé, c'est sans sens ce que tu raconte !